Psychologie du Développement et Processus de Socialisation

Accueil > Psychologie du développement de la personne, cultures et lien social > Thèses > Thèses soutenues

Le développement socio-affectif de l'enfant d'âge pré-scolaire exposé à la violence conjugale : une approche éco-systémique.

Thèse présentée et soutenue par Savard, N. (2011, mars)

Direction : Chantal Zaouche Gaudron

RESUME
Dans le Nord de l’Amérique, depuis plus d’une trentaine d’années, les actions destinées aux enfants exposés aux violences conjugales ainsi que les recherches scientifiques relatives à leur développement n’ont cessé d’évoluer, alors que du coté Européen cette question émerge à peine. En France, aucune étude scientifique en psychologie du développement ne s’intéresse, à ce jour et à notre connaissance, au développement de l’enfant d’âge préscolaire évoluant dans un tel contexte. Parallèlement, les actions envers ces enfants sont peu nombreuses et largement méconnues.
L’objectif de cette recherche est d’étudier, dans une perspective écosystémique inspirée du modèle de Bronfenbrenner (1986), l’influence spécifique et combinée du contexte de violence conjugale et du stress maternel sur le développement socio-affectif du jeune enfant âgé de 5 à 6 ans.
Ainsi, notre étude se propose de répondre aux questions suivantes : comment l’enfant d’âge préscolaire se développe-t-il sur le plan socio-affectif lorsqu’il grandit dans un contexte de violence conjugale ? Quels sont les facteurs environnementaux qui vont avoir des répercussions sur la relation entre la mère et l’enfant ? Plus précisément, est-ce que le fait pour une mère d’avoir été victime de violence conjugale va engendrer chez elle plus de stress ? L’attachement de la mère et le soutien social qu’elle perçoit vont-ils constituer des ressources qui vont venir atténuer le stress maternel et par voie de conséquence contribuer au bon développement de l’enfant ? Existe-t-il des différences entre les mères et les enfants qui ont quitté leur foyer comparativement à ceux qui vivent encore au domicile ? Enfin, quel est le rôle de la culture dans ces différents systèmes ?
L’échantillon se compose de 38 enfants, 10 garçons et 28 filles, âgés de 5 à 6 ans et de leurs mères. Parmi ces dyades mère-enfants, 19 ont été exposées à la violence conjugale et sont hébergées en centre d’hébergement et de réinsertion sociale et 19 sont toujours en situation de violence.
Les mères ont renseigné une série de questionnaires évaluant leur attachement par l’intermédiaire du « questionnaire d’attachement adulte » (Simpson, 1990), le stress maternel à l’aide de « l’indice de stress parental version abrégée » (Lacharité, 1993), les violences subies grâce à la « Mesure de la violence vécue par la mère et l’enfant» (Cyr, Fortin et Chénier ,1997), le soutien social perçu par le « questionnaire de soutien social » (Rascle, Aguerre, Bruchon-Schweitzer, Nuissier, Cousson & Gilliard, 1997) et le soutien relatif aux enfants par le questionnaire élaboré par Vecho (2005). En ce qui concerne le développement socio-affectif du jeune enfant, trois dimensions ont été considérées : deux émanant de son propre point de vue ; la représentation de l’attachement, appréhendée à l’aide du protocole des « Histoires à compléter » (Bretherton, Ridgeway & Cassidy, 1990) ainsi que la perception des sentiments et des comportements parentaux avec le « test de dépistage de la violence parentale » (Palacio-Quintin, 1992), et une incluant la perception du référent du centre de loisirs : l’adaptation socio-affective, étudiée par l’intermédiaire du questionnaire « Profil Socio-Affectif » (Dumas, LaFrenière, Capuano & Durning, 1997).
Les principaux résultats révèlent que seulement 36,8% des enfants constitutifs de l’échantillon présentent une représentation d’attachement sécurisée. Ils manifestent également des problèmes dans le domaine socio-affectif que ce soit au niveau de l’adaptation générale, des compétences sociales, mais aussi des problèmes intériorisés et extériorisés. De plus, la perception qu’ils possèdent de leurs propres comportements et sentiments vis-à-vis de leurs deux parents est particulièrement altérée. En revanche, ces enfants ne semblent pas percevoir négativement les comportements et les sentiments parentaux à leur égard. Nos résultats indiquent aussi que les difficultés qu’ils rencontrent sont plus nombreuses lorsqu’ils évoluent toujours dans un contexte de violence conjugale au sein de leur foyer comparativement à ceux qui sont hébergés en CHRS.
D’autre part, 73,3% des mères de notre échantillon possèdent des représentations d’attachement de type évitant alors que 21,05% d’entre elles présentent un attachement de type anxieux-ambivalent. Nous avons relevé, par ailleurs, que leur perception du soutien social et du soutien relatif aux enfants quel que soit leur groupe d’appartenance est relativement peu élevée et que seule la perception du soutien social est en lien avec une diminution de leur stress. Les résultats précisent aussi que celles qui sont sorties du contexte de violence conjugale sont plus stressées que celles qui n’ont pas quitté le domicile.
Enfin, nous constatons que l’attachement et le stress maternel sont en lien avec les diverses difficultés socio-affectives que l’enfant éprouve au niveau des trois dimensions que nous avons évaluées alors que le soutien social les améliore.
La culture d’origine apparaît importante dans ce contexte puisque la totalité des mères de notre échantillon sont d’origine Africaine.
L’ensemble des résultats obtenus nous permet d’élaborer des recommandations à destination des professionnels afin de mieux cibler les actions et les prises en charge pour ces enfants, ainsi que leur mère.
Mots-clés : Enfant / Violence conjugale / Attachement / Adaptation socio-affective de l’enfant / Stress maternel / Soutien social / Culture / Modèle écosystémique.

ABSTRACT
In North America, for more than thirty years, actions concerning the development of children exposed to domestic violence and scientific knowledge have evolved considerably, whereas in Europe this concern is barely emerging. In France, till nowadays and to our knowledge, no scientific study in developmental psychology has focused on the development of a child evolving in a context of domestic violence. On the other hand, actions concerning these children are very few and quite unknown.
The aim of this research is to study, in an ecosystemic perspective inspired by the Bronfenbrenner model (1986), the specific and combined influence of the context of marital violence and maternal stress on the socio-emotional development of the young child aged from 5 to 6 years.
Thus our study aims to answer the following questions: how the pre-school child develops himself on the socio-emotional ground in a context of domestic violence? What are the environmental facts that will influence the relationship between mother and child? More precisely, will the fact of being herself a victim of marital violence generate more stress for the mother? Will the mother-child attachment and the social support that she feels constitute resources that will lighten the maternal stress and consequently contribute to a positive development of the child? Are there any differences when the mother and child have left their home compared to those who are still living home? Finally, what is the role of the culture in this different system?
The sample is composed of 38 children, 10 boys and 28 girls, aged from 5 to 6 years and their mother. Among these mother and child couples 19 have been exposed to marital violence and are living in CHRS, 19 remained in a situation of violence.
The mothers have filled out a series of questionnaires in order to evaluate their attachment with the adult attachment questionnaires (Simpson, 1990), their maternal stress with the parental stress index short-form (Lacharite, 1993), the violence suffered with the Conflict Tactic Scale II (Cyr, Fortin et Chenier, 1997), the social support that they feel with the social support questionnaire (Rascle, Aguerre, Bruchon-Schweitzer, Nuissier, Cousson & Gilliard, 1997) and the support concerning the child with the Vecho questionnaire (Vecho, 2005). Concerning the socio-emotional development of the young child, three indicators were taken in consideration: 2 arising from the child’s own point of view, the attachment representation, by means of the protocol of stories to be supplemented (Bretherton, Ridgeway & Cassidy, 1990), the perception of parental feelings and behaviors by means of tracking parental violence (Palacio-Qutintin, 1999) as well as the socio-emotional adaptation of a youth worker studied via Socio-Emotional Profile (Dumas, Lafreniere, Capuano & Durning, 1997).
The main results indicate that only 36,8 % of the children of the sample show a secure attachment. They also show issues in the socio-emotional field with the general adaptation, social competences and with interiorized and exteriorized issues. Furthermore, their perception of their own behavior and feelings towards their parents is particularly affected. On the contrary, these children don’t feel negative behavior and emotions from their 2 parents towards them. Our results also show the difficulties encountered by the child when he remains on a context of marital violence at home compared to the one who was living in a CHRS.
On the other hand, 73,3 % of the mothers in our sample show an attachment of the avoiding type whereas 21,05 % of them have an anxious-ambivalent type of attachment. We have raised the fact that the feeling of social support and the support related to children as felt by the mothers, whatever their situation is, are quite low and that only the feelings of social support is linked to the decrease of the mothers’ stress. The results also indicate that mothers who have left home are more stressed out that mothers remaining in a situation of marital violence.
To put it in a nutshell, we observed that maternal attachment and stress are linked to the different socio-emotional issues that the child feels on the three levels we have evaluated until social support improves them.
Finally, the original culture of the mother appears to be important in this context because the totality of mothers in our sample is from Africa.
All these results will enable us to work out recommendations for professionals in order to target more proper actions intended for children and their mother.
Key words: Child / Marital violence / Attachment / Socio-emotional adaptation of the child / Mother stress / Social support / Culture / Ecosystemic model.

 

 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page