Psychologie du Développement et Processus de Socialisation

Accueil > Psychologie du développement de la personne, cultures et lien social > Opérations de recherche

Opération 1 : Socialisation plurielle et milieux de vie de l’enfant

Etude 1 : « Qualité de vie et socialisation des enfants de 3 à 6 ans » Ania Beaumatin, (resp.), C. Zaouche-Gaudron, Etude 2 : « Améliorer l’accompagnement des enfants dans le cadre du placement : pour une meilleure analyse de la dimension fraternelle », C. Zaouche Gaudron (resp.), Olivia Troupel-Crémel

Etude 1 : « Qualité de vie et socialisation des enfants de 3 à 6 ans » Ania Beaumatin, (resp.), C. Zaouche-Gaudron

En liaison avec la caractérisation de leur cadre de vie, l’objectif central de la recherche est d'analyser la qualité de vie des enfants, telle qu’ils peuvent eux-mêmes l’évaluer. Cette approche de la qualité de vie est donc à la fois écologique et différentielle, mais surtout elle se centre sur le point de vue de l’enfant : sa subjectivité, sa capacité d’action et de construction. L’enfant est ici considéré comme acteur de son développement. Ainsi, le second objectif du projet est de développer une méthodologie et des outils d’évaluation de la qualité de vie des jeunes enfants, question nettement moins renseignée que celle de l’évaluation, en tant que telles, de leurs compétences psychomotrices, cognitives, langagières, sociales, qui peuvent également constituer des indicateurs de la qualité de vie. L’approche est différentielle, afin de rendre compte de la diversité des situations selon les caractéristiques des enfants (enfants tout-venants, enfants à besoins spécifiques ou porteurs de handicap) de celles de leurs différents contextes éducatifs (école, assistantes maternelles, foyers de l’enfance,…), qu’il convient de mettre en relation avec le contexte familial. De même, nous examinerons si l'appartenance de l'enfant à des territoires contrastés par leurs caractéristiques sociales et leurs aménagements influe sur la perception qu'ils ont de leur qualité de vie.
En outre, nous nous centrons sur l’analyse du point de vue des enfants, en référence aux apports de la psychologie du développement, à savoir l’évaluation par eux-mêmes de leur qualité de vie. La qualité de vie peut être envisagée en termes d’apports fondamentaux pour le développement, de réponses adéquates des milieux aux besoins des enfants, qui favoriseraient (potentiellement) leur bien-être. Mais le bien être se réduit-il à la satisfaction des besoins ?  Par ailleurs, y a–t-il un effet automatique de « bonnes » conditions de vie sur le bien-être des enfants ? Les différentes formes ou configurations des milieux de vie créent différentes ressources et contraintes. Comment l’enfant lui-même « vit »  ce mésosystème ? Cela suppose d’appréhender le rapport qu’il entretient avec chacun de ses lieux de vie (leurs caractéristiques, les expériences et les partenaires afférents), les liens que lui-même effectue entre eux (sa perception des distances et des temporalités, les comparaisons, les préférences…) et enfin plus globalement comme il considère son cadre de vie. Nous envisageons une variable intermédiaire entre mésosystème et qualité de vie : la représentation qu’il s’en fait, la perception par lui des ressources et des contraintes. Ainsi peut-on envisager la qualité de vie comme le sentiment d’une possibilité toujours ouverte de subjectivation.

Etude 2 : « Améliorer l’accompagnement des enfants dans le cadre du placement : pour une meilleure analyse de la dimension fraternelle », C. Zaouche Gaudron (resp.), Olivia Troupel-Crémel

L’objectif général de ce projet est de doter les professionnels des villages d'enfants SOS de critères précis et de procédures de travail structurées pour améliorer l’accompagnement des fratries accueillies en placement. Ces critères et procédures permettront de mieux évaluer la qualité et les fonctions des relations fraternelles, de déceler d’éventuelles pathologies du lien fraternel qui peuvent nuire au bien-être et à l'intégration des enfants dans le placement mais aussi de mieux identifier les ressources et compétences fraternelles sur lesquelles s’appuyer.

Ce «guide de recommandation» aidera les professionnels dans la prise de décision pour les admissions mais aussi pour les accompagnements pendant le placement. En effet, lorsque le placement conjoint paraît une bonne indication, une meilleure connaissance de l’état des relations fraternelles, contribuera à l’identification de modalités d’accompagnement adaptées. Ces modalités doivent permettre d’initier une évolution positive des liens fraternels afin qu’ils puissent être une ressource pour le développement de chaque enfant. La définition des objectifs et moyens mis en oeuvre se fera par la suite dans le cadre des projets individuels des enfants, révisés régulièrement comme le stipule la loi.



 

 

Vers page d'accueil de l'Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page